Note conjoncturelle — Économie de la Réunion

Île de la Réunion, l’exception française

Île de la Réunion, l’exception française
Share on facebook
Share on linkedin
Partager cet article
Share on facebook
Share on linkedin

ÉCONOMIE

2020 a été l’année de la crise sanitaire, mais inévitablement aussi d’une crise sociale et d’une crise économique en France. Son impact économique est contrasté selon les territoires, et La Réunion semble s’en être mieux sortie.

Lors de son allocution du mercredi 9 juin 2021, le préfet de La Réunion est revenu sur les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire. En 2020, La Réunion semble donc s’en être mieux sortie que les autres territoires français.

« Sur le plan économique, notre territoire a échappé à la violence du choc et affiche, comme seules deux autres régions françaises, un taux de croissance positif. La Réunion arrive en tête avec une croissance de +2,23%. C’est là le résultat de notre travail commun. » Jacques Billant, préfet de La Réunion

Une « réussite » que Jacques Billant attribue à la rigueur et à la discipline des Réunionnais, qui a permis au département de connaitre 10 semaines de confinement et 20 semaines de fermeture des restaurants de moins que dans l’Hexagone.

L’Insee précise ce jeudi que La Réunion a connu une croissance de l’emploi de 2% de fin 2019 à fin 2020.

LA RÉUNION, RARE TERRITOIRE FRANÇAIS AU TAUX DE CROISSANCE POSITIF EN 2020

EMPLOIS

La Réunion est l’économie la plus importante des départements et régions d’Outre-mer par sa taille. Sa croissance du PIB est dynamique et régulière, de l’ordre de 2,6% par an en moyenne de 2015 à 2018. En 2020, l’impact économique du premier confinement a été de -28% sur le PIB à La Réunion, contre -33% dans l’Hexagone, selon CEROM.

A noter, La Réunion et la Guyane sont les seuls territoires ultramarins à ne pas avoir enregistré une baisse de l’emploi salarié en 2020. Il a ainsi continué d’augmenter. D’après l’INSEE, l’emploi salarié a augmenté de 2% sur l’année, soit une création de 5 300 emplois, contre une baisse de 1,1% au niveau national. Le secteur privé est le principal moteur de cette croissance.

LES ENTREPRISES ONT LIMITÉ LA CASSE

Suite au premier confinement, la reprise avait déjà été marquée à La Réunion comme en métropole grâce aux mesures de soutien à l’économie par un rebond important à la fin du second trimestre. Les difficultés de trésorerie des entreprises ont été limitées, notamment grâce aux prêts garantis par l’Etat, mais la crise était bien réelle.

En 2020, près de 300 entreprises ont, par exemple, saisi le médiateur de l’IEDOM, contre 13 en 2019. Pour 51% des dossiers clôturés, l’issue a été positive. Des solutions ont ainsi été apportées à près de 80 entreprises et plus de 650 emplois ont pu être préservés, indique l’IEDOM. 242 dirigeants de très petites entreprises ont également sollicités un accompagnent, contre 79 en 2019.

Le commerce, l’industrie, les secteurs agricoles et les industries agroalimentaires ont ainsi réussi à limiter leur baisse d’activité à une moyenne de -2% sur l’ensemble de l’année 2020, selon l’IEDOM. D’autres comme le tourisme ont été plus fortement touchés, avec -39%), la construction, – 13%, ou encore le reste des services marchands, -7%.

Pour 2021, tous anticipent une amélioration de leur chiffre d’affaires par rapport à 2020, qui s’emble s’être amorcée.

VERS UNE REPRISE DE L'ACTIVITÉ

Sur le premier trimestre 2021, le chiffre d’affaires toutes entreprises et tous secteurs confondus, a augmenté de 13% par rapport au premier trimestre 2020, explique Katy Hoarau Présidente de l’Ordre des experts-comptables. Dans certains secteurs, l’augmentation a été multipliée par deux sur la période.

Jordan Payet, Directeur d’un magasin d’ameublement, confirme cette amorce de reprise  « Parfois on retrouve des niveaux d’activité commerciale intéressants, parfois ça rechute, mais de manière globale on a réussi à redresser la barre et à retrouver notre rythme de croisière. »

Source : France Info
Partager cet article
Share on facebook
Share on linkedin